A . B . C . D . E . F . G . H . I . J. K . L . M . N . O . P . Q . R . S . T . U . V . W . X . Y . Z

 

Lambourde

lambourde n. fém. Pièce de charpente disposée le long d'un mur pour servir d'appui aux extrémités de solives. Pièce de bois placée sur des solives et destinée à supporter un plancher. Profil de bois de petite section. Pièce de bois servant à l'immobilisation des parois d'une galerie de mine

Lambris

Revêtement mural sur base de panneaux / lames de bois/(n.m.) Tout panneau fait d'un assemblage de planches embrevées pour composer des portes, cloisons, revêtements de murs, etc. lambris arasé : lambris dont les panneaux affleurent leur bâti d'encadrement de tous côtés. lambris à table saillante : lambris de porte ou de revêtement dont chaque panneau comporte une table en saillie, éventuellement ouvragée de motifs en bas-reliefs ; le lambris est dit à petits cadres si les moulures sont poussées sur le bâti lui-même, à grands cadres si des moulures sont interposées entre les panneaux et le bâti. lambris à glace : il est fait de panneaux sans plate-bande embrevés dans un bâti sans moulures ni chanfreins, formant une bordure plane, en saillie. lambris d'appui : lambris arrêté par une cimaise à une hauteur de 8O à 130 cm, la partie supérieure du mur étant peinte ou tapissée. lambris de hauteur : lambris habillant un mur sur toute sa hauteur. lambris à montants : il est composé de panneaux embrevés dans des cadres moulurés dans une alternance de pilastres, formant un revêtement mural décoratif fréquent autrefois dans les pièces de réception et les bibliothèques. lambris simple ou non assemblé : composé seulement de frises de 0,11 m de largeur, jointes à rainure et à languette et fixées par des pointes en biais sur un bâti mural.

Lamellé – collé

lamellé, ée adj. Qui est constitué de lamelles ou disposé en lamelles. L'ardoise est un minéral lamellé. Bois lamellé : bois fabriqué par lamellation. Des skis en bois lamellé. Synonyme lamellé-collé . lamellé-collé n. masc. Synonyme de bois lamellé. lamellation n. fém. Procédé d'obtention de pièces

Lasure

Produit pigmenté, laissant apparaître les veines du bois, non pelliculaire, pour rehausser et conserver l‘aspect du bois. Ce type de produit ne nécessite pas de décapage des couches précédentes, lors de son entretien

Lignine

lignine n. fém. CHIM. Substance organique qui imprègne la paroi des vaisseaux du bois et de diverses cellules végétales et les rend résistantes, imperméables et inextensibles.

Limon

limon n. masc. 1. Chacun des brancards entre lesquels on attelle un cheval ou un autre animal de trait. 2. CONSTR. Pièce de bois, de pierre (ou plus rarement de métal ou de béton), sur laquelle prennent appui les marches et les contremarches d'un escalier

Lambrissage

(n.m.) Ouvrage en lambris et son exécution. Ensemble des lambris d'un local ou d'un bâtiment.

Lamellation

(n.f.) Technique de fabrication de pièces de bois, poutres ou pièces de charpente en lamellé-collé, par contre-collage de lames multiples de bois raboté

Lamibois

(n.m.) Le lamibois (terme français), ou LVL (abréviation de l'anglais " laminated veneer lumber "), est constitué de lamelles ou de placages déroulés jointés bout à bout et collés fil sur fil, contrairement au contreplaqué où les fils sont croisés. Le principe de fabrication est le même que pour le lamellé-collé, les planches de bois aboutées étant remplacées par des placages. Ce matériau se présente essentiellement sous forme de poutres. Il est très répandu en Amérique du Nord. En Europe, il est fabriqué dans une seule usine, en Finlande. Il est utilisé pour des applications structurelles et en menuiserie.

Languette

(n.f.) Partie Malle en forme de petit tenon continu, usinée sur une pièce de bois et destinée à s'assembler dans une rainure : " la languette peut comporter deux épaulements ou un seul; dans ce dernier cas, il s'agit d'une languette bâtarde ".

Lanterneau

(n.m.) Surélévation longitudinale au sommet d'un comble, pour l'aérer et l'éclairer " les parties verticales du lanterneau peuvent être garnies fortes persiennes ou de châssis fixes ou mobiles, tandis que son toit est à une ou deux pentes

Lattage

(n.m.) Mise en place d'un ensemble de lattes, et ouvrage qui en résulte.

Latte - latte de terrasse

(n.f.) "1 /MENUIS.: autrefois, débit courant de chêne ou de châtaignier, en tasseaux longs et peu épais (env. 20 x 30 mm); désigne aujourd'hui, plus généralement, tout débit de bois en planchettes de 5 x 26 à 12 x 55 mm de section. 2 /COUVERT.: la latte carrée, tasseau de section carrée, désigne le liteau. Latte-volige, ou volige : latte plate sur laquelle sont clouées ou accrochées les ardoises. La latte de redressement désigne parfois la chanlatte.

Lattis

(n.m.) "1 / Ensemble de lattes parallèles, espacées régulièrement ou jointives, clouées sur une surface ou sur un ouvrage tel que solivage, chevronnage de toit... 2 / Ligne de lattis, voir ligne. 3 / Venir au lattis, être placé dans le même plan que le dessus des chevrons (en parlant du dessus d'un arbalétrier ou d'une panne, par exemple). 4 / Travailler au lattis, dans une épure de charpente, se servir d'une ligne ou d'un plan prolongé jusqu'au lattis, pour obtenir un emprunt ou une directrice 5 / Le lattis mécanique est un treillis manufacturé utilisé comme armature des enduits de plâtre traditionnels appliqués en plafond, ou en surface murale sur pans de bois. Il est constitué de rangs de fines lattes assemblées parallèlement avec du fil de fer galvanisé, torsadé entre chaque latte. Il est fourni en rouleaux à dérouler et à fixer sous les solives des planchers. Une variante, le lattis de roseaux, ou canisse, ou cannetis, est constituée de roseaux fendus assemblés de la même façon.

Levageur

(n.m.) Ouvrier spécialisé dans le levage des charpentes.

Linteau

(n.m.) Pièce horizontale, généralement en chêne, placée au-dessus d'une ouverture pour en former la partie supérieure et supporter la charge qui lui est superposée   linteau n. masc. (lat. pop. limitans « qui limite »). Traverse horizontale de bois, de métal ou de pierre qui soutient la maçonnerie placée au-dessus d'une baie

Livre ouvert

Le procédé est évidemment similaire à l'assemblage à livre ouvert, simplement on démarre d'un axe central imaginaire et on réparti à gauche et à droite de cet axe. Le nombre de feuille est toujours pair dans ce cas

Lien

(n.m.) 1. Pièce oblique placée dans l'angle de deux autres pièces, pour les stabiliser par triangulation. 2. Lien de faîtage, pièce oblique, placée généralement à 45° dans l'angle du poinçon et du faîtage, pour maintenir la ferme dans sa position verticale et assurer le contreventement longitudinal de la charpente. 3. Lien de sablière, pièce oblique jouant le même rôle que le lien de faîtage, dans les constructions sur poteaux. 4. Lien de panne, pièce destinée à soulager une panne dont la portée est trop longue ou qui comporte un porte-à-faux. 5. Lien de pente, lien à dévers dont l'établissage exige qu'il vienne deux fois sur ligne car il s'assemble obliquement dans deux pièces différentes. 6. Lien à tenaille, lien croche, généralement double, entrant dans la composition des guitardes, et adoptant la forme d'une tenaille. 7. lien Mansart, lien qui, dans un comble à la Mansart, s'assemble contre le pied de l'arêtier du brisis et va soulager la panne de bris

Lierne

(n.f.) Pièce de bois employée dans les charpentes à la Philibert Delorme, pour réunir les fermes entre elles. 2. Pièce de bois destinée à réunir toutes les solives d'un plancher, et remplacée de nos jours par des entretoises. 3. Nom parfois donné aux sous-faîtages, du fait que, dans la charpente à chevrons formant fermes, ils relient les entraits retroussés, lesquels sont assimilés aux solives d'un plancher. 4. Arêtier ou noue sur lierne, voir arêtier ou noue

Linçoire

(n.m.) "Pièce de charpente d'un plancher de bois, portée par deux solives ; parallèle à un mur, le linçoir reçoit les abouts de solives interrompues au droit d'un conduit de fumée ou d'une maçonnerie insuffisamment porteuse, par exemple au-dessus d'une ouverture. Il se différencie du chevêtre par le fait que ce dernier est nettement plus éloigné du mur. Par déformation, le mot linçoir est de plus en plus utilisé pour désigner une poutre muraillère, fixée le long d'un mur. En toiture, le linçoir désigne la pièce porteuse de chevrons interrompus au droit d'une souche de cheminée, d'une lucarne ou d'un châssis de baie rampante. Syn.: guigneau

Lisse

(n.f.) 1. Pièce de bois disposée parallèlement entre un limon et une main courante, pour réduire le vide entre ces deux éléments. 2. Pièce horizontale placée entre des poteaux, pour recevoir le bardage. 3. Pièce intermédiaire entre la main courante et la sous-lisse d'un garde-corps d'échafaudage. 4. Pièces horizontale dans un mur à ossature légère en bois

Liteau

(n.m.) Latte étroite, tasseau de bois de section carrée (environ 25 x 25 mm) ou rectangulaire (de 18 x 35 à 30 x 40 min). 1 /COUVERT.: les liteaux servent surtout à accrocher les tuiles et les ardoises ; ils sont cloués en lattis horizontal, en liaisonnement sur les chevrons, avec un espacement égal au pureau des tuiles ou des ardoises. Les liteaux doivent être traités pour leur conservation, comme tous les bois de charpente. 2 /MENUIS.: tasseau fixé contre un mur pour servir de support

Liteaunage - litonnage - littelage

(n.m.) Mise en place des liteaux, ensemble des liteaux d'un toit. Syn.: lattage.

Longrine

(n.f.) Longue pièce de bois qui soutient, relie ou renforce plusieurs autres pièces: "dans un pont en charpente a longrine peut avoir la même fonction que le longeron, et être placée parallèlement et très au-dessous de lui; dans un échafaudage, la longrine relie les pointiers et supporte les boulins". Syn. tendière. Poutre d'infrastructure reliant des plots de fondation.

Longeron

Constitués à l'origine par deux longerons reliés par des traverses (ce qui est encore le cas pour certains poids lourds), les châssis varient considérablement selon les constructeurs (châssis-poutre, en «X», en «H», en «T»), mais la tendance la plus répandue aujourd'hui est le châssis intégré, ou châssis-coque, où la fonction des longerons se trouve réduite au profit de caissons rigides, plus ou moins confondus avec la carrosserie qui, dans certains cas, fait partie intégrante de la structure porteuse

Loupe

désigne un défaut du bois caractérisé par des excroissances ligneuses qui se développent sur certains ormes et fournit un bois précieux utilisé en ébénisterie. Du mot franc luppa, qui signifie masse informe d'une matière coagulée

Layetier

de layette "coffre" vers 1582 - : anciennement, artisan qui fabriquait des caisses et des emballages en bois

Luthier

(lutherie) - de luth 1649 - : Fabricant d'instruments à cordes et à caisses de résonance (luth, violon, guitare, ...) à l'exclusion des instruments à clavier

 

En synergie avec notre bureau d'études, NET- IMPORT supervise toutes sortes de projets, de la conception à la réalisation. Agenceurs, Décorateurs, Paysagistes, Créateur ou Architectes, sachez que nous pouvons répondre aux demandes des plus exigeants...

Pour tous renseignements complémentaires : 06 24 94 14 71